De l’intérêt des licences libres

Shrimps at the marketDepuis bien longtemps, je suis un fervent utilisateur et promoteur des licences libres que ce soit pour mes bouts de codes, mes photos et mon blog. J’utilise aussi volontiers des images en licence Creative Commons dans mes présentations pour illustrer mes propos et tous les programmes informatiques que j’utilise sont des logiciels libres. Ce matin, je suis tombé sur une de mes photographies de voyage réutilisée pour illustrer les controverses liées à la pêche des crevettes. En faisant une petite recherche sur le net, j’ai trouvé plusieurs photos illustrant divers articles dont un sur l’éducation dans les zones rurales en Amérique Latine, un sur les codes culturels lors de repas en Thaïlande, et un sur le site d’une agence de Trekking au Népal, ainsi qu’une page de projet d’un logiciel libre.

Qu’est-ce que j’en retire ? De la satisfaction que mon travail soit vu et utilisé, des vues supplémentaires sur mes productions, mais surtout l’impression d’avoir contribué à mon tour à ce système d’échange et de partage libre et légal dont nous bénéficions tous les jours. En effet, qui ne cherche pas une information sur Wikipédia de temps en temps ? N’utilise (sans le savoir peut-être) des logiciels libres ? Ou, réutilise une image prise sur le net (malheureusement souvent sans vérifier la légitimité de la réutilisation et sans en citer la source) ?

Pourquoi ne pas mettre un droit d’auteur contraignant et monétiser mes productions ? Je vous retourne la question: combien d’entre-vous aurait été prêts à payer pour lire mes articles ? Combien paient pour l’utilisation des images piochées sur le net ? Très peu probablement. De toutes façons, j’aurais écrit et fait des photos lors mon voyage alors autant les partager en ligne et obtenir la satisfaction d’avoir un public. Je paie bien sûr le coût de production (mon temps, mes trajets, mon appareil photo et mon ordinateur), mais je l’aurais quand même fait pour moi et le coût de partage, une fois en ligne, est négligeable ou nul. Si je résonne un peu plus loin, on se rend compte que pour le partage de mes photos on est en pleine théorie des jeux en présence d’un dilemme du prisonnier, peut-être un peu biaisé puisque je sais que d’autres ont déjà collaborés et que j’ai déjà profité de leur partage. L’intérêt général est maximisé lorsque tout le monde collabore alors que si l’on optait tous pour le choix de l’option « vente  », on serait tous perdant.

J’en profite pour vous rappeler qu’en faisant une recherche de photos sur Flickr vous pouvez choisir de ne voir que les photos sous licences libres Creative Commons (sous le bandeau du haut après avoir tapé un mot de recherche). Bon partage !

Les articles en questions ci-dessus :

Publié dans Culture libre, Propriété intellectuelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Archives